Connaissez-vous cette fête païenne que l’on appelle Imbolc ?

Nous allons voir ensemble sa symbolique et en apprendre plus sur la déesse qui lui est associée.

 

L’origine

Imbolc est également connu sous le nom d’Ilmbolg, Oimelc (1er lait), Fête de Brighid, etc. C’est le sabbat qui se trouve à mi-chemin entre Yule (l’équinoxe d’hiver) et Ostara (l’équinoxe de printemps). Imbolc est célébré le 1er et/ou le 2 février. Cela correspond à ce moment de l’année où l’hiver touche à sa fin et que la nature recommence doucement à reprendre vie.

Le nom Imbolc signifie « le ventre dans le ventre » et est lié à la gestation et à la création. C’est durant cette période où les agneaux naissent et que la lactation des brebis débute.

Comme la Nature, nous sortons de notre repos et on reprend vie petit à petit. L’énergie présente nous pousse à être un peu plus actif, à sortir de notre léthargie, de notre sommeil hivernal et à accueillir les prémices du printemps.

Lors de la fête d’Imbolc, nos ancêtres fêtaient également la survie à l’hiver. En effet, les hivers étaient bien plus rudes que ceux que nous connaissons et évidemment les conditions de vie (nourriture, chauffage, confort) étaient bien plus compliquées qu’à l’heure actuelle.

Symboliquement, ce sabbat représente le commencement, le nouveau départ. Comme pour le jardin qui nous nourrit, c’est le moment de planter les graines pour l’année à venir. Pour cela, créons un espace pour accueillir un temps de réflexion, d’introspection et de contemplation. Écoutons-nous et rallumons notre flamme intérieure pour faire le point sur notre vie afin de savoir ce que l’on souhaite et ce que l’on doit abandonner pour notre futur. Planifions dans le but d’envisager l’avenir. C’est un moment de purification et de fécondité. Pour que nos graines puissent prendre racines et germer, posons nos intentions. On en profite également pour faire le tri, le grand nettoyage, que ce soit dans son foyer ou bien dans son corps.

La déesse Bridig

Lors de cette fête païenne celtique irlandaise, on honore la déesse Brigid (ou encore Brighid, Brigit, Bride, Brigantia), incarnant la force féminine. Brigid est une déesse importante du panthéon et est connue pour ses trois aspects : la jeune fille, la mère et la vieille femme. Elle est une déesse triple, évoquant l’infinité des cycles de vie. C’est le pouvoir du nombre trois, symbolisé par le trèfle à trois feuilles. L’Église a essayé de détruire son influence en la faisant sainte, mais ce fut un échec. Des millénaires après, la Déesse est toujours présente et aussi puissante. Dans la tradition wiccane, Brigid est un des visages de la Grande Déesse.

Brigid est la déesse de la Nature, maîtresse des animaux, des eaux, des montagnes et des forêts. Elle est la gardienne du Feu, de la flamme sacrée et créatrice. Elle est également associée au changement, à la poésie, à la forge, à la guérison, à la créativité, à la divination, entre autres. Elle veille aux naissances et accompagne la mère et l’enfant. De plus, Brigid est protectrice des maisons.

Elle accompagne le processus de changement et des nouveaux commencements initiés lors d’Imbolc.

La croix de Brigid

La croix de Brigid est un rituel pour demander la protection de la déesse.

Traditionnellement, on utilise des matériaux naturels, par exemple, des joncs, de la paille ou du raphia, afin de réaliser la croix.

Les Celtes confectionnent la croix de Brigid la veille d’Imbolc. Ils la place à l’extérieur pour demander protection. Une fois Imbolc passé, la croix est ensuite suspendue à l’intérieur, proche de la porte d’entrée. Ils gardent la croix de Brigid jusqu’à la prochaine fête d’Imbolc dans le but de protéger le foyer et d’empêcher le mal d’entrer.

La déesse Bridig est née avec une colonne de feu s’élevant au-dessus d’elle. Afin de symboliser ce feu et le soleil qui croît depuis Yule, on allume des bougies.

On en profite pour réaliser un grand tri et un grand ménage, tout en purifiant les lieux et les objets par la fumigation. Cela permet de se débarrasser de ce qui n’est plus utile et d’éloigner les énergies négatives accumulées.

Avoir un coussin, une bouillotte sèche ou un luminaire avec une illustration d’Imbolc symbolise une forme de renaissance et d’espoir pour les projets à venir. Sous la protection de la déesse Brigid, c’est le moment de mettre en gestation ce qui est amené à fleurir dans quelques semaines ou mois.

Dîtes-moi en commentaire si ce motif résonne en vous !

Découvrir la symbolique des autres illustrations ici.

Sources : auteldesbrumes.com / lenlumineur.com